LifeStyle·Little Things

Instagram, entre amour et haine

Copie de IMG_6093

Instagram, cette application mythique où l’on partageait des photos carrées. Instagram, cette application qui a énormément changé ces derniers-temps ; nouveaux algorithmes, ajouts de publicités sponsorisées, partages incessant… Quelques années plus tard, j’avais envie de faire un point sur ça, en 3 ans j’ai vu beaucoup de choses passer, j’ai été témoin de l’évolution de ce réseau social qui est (était ?) l’un de mes préférés sans contexte. 5 points principaux me viennent à l’esprit, j’en aurais sûrement d’autres en tête à force de taper cet article, j’essayerais de les intégrer au fur et à mesure aha. Beaucoup de lecture vous attend dans cet article, un petit thé avec des cookies ne seraient pas de trop !

IMG_6889
____1- Trop de mise à jour, tue la mise à jour.

Je ne vais pas m’étaler sur ce point, beaucoup d’articles ont été fait sur les nouveautés d’instagram. Quand j’ai commencé à poster sur instagram, c’était en 2013 il me semble. A cette époque c’était des photos carrés exclusivement, des filtres, une galerie exclusive où l’on se parlait uniquement en commentaire sous la photo. Puis il y a eu les instadirect, les formats portraits et paysages, de la publicité par le biais de posts sponsorisés, l’apparition des photos en mode aléatoire, et maintenant des story comme sur Snapchat.

Ces mises à jour on fait chuter toutes nos statistiques, passant pour ma part, d’une moyenne de 1 500 j’aime à 800 puis 500 à présent. « L’ordre des photos et vidéos de notre fil dépend de nos relations avec les personnes qui publient, de la pertinence des publications à un moment donné et de la probabilité que le contenu de ces publications vous intéresse. Toutes les publications resteront visibles, mais dans un ordre différent. » selon Instagram. Certaines de nos photos voir même des comptes entiers passent sous silence. Combien de fois dois-je passer dans mes abonnements pour voir les photos que j’ai loupées ? Ce que je ne comprends pas c’est comment ont-ils pu en arriver là ? Je ne suis pas bloquée dans mes intérêts, un jour j’aurai envie de me renseigner sur quelque chose et quand ma curiosité aura été comblé, je me focaliserai sur quelque chose d’autre.

Je regrette le bon vieux instagram d’avant où l’on pouvait scroller et remonter chronologiquement les posts des personnes auxquelles on est abonnés. Je regrette de voir toutes ces publicités (que ça soit celle sponso ou les SFS). Je regrette cette chasse aux abonnés, quand je vois certaines gagner mille abonnés en même pas un mois à base de pub je trouve ça gros. Quand je me compare à cette même période, l’année dernière j’ai gagné 4 mille personnes en 12 mois ahaha. Enfin bon ça c’est autre chose !

InstaPerlesderubis.JPG
____2- Instagram a permis de m’émerveiller au monde qui m’entoure.

Grâce à instagram, j’ai appris à regarder le monde d’un œil différent. On peut voir la beauté dans des lieux qui au premier abord ne nous dise rien. Ma vision de la photo a totalement changé, je pense aux détails, je regarde si tout est bien cadré, je fais 10 fois la même photo mais avec un cadrage différent. J’ai également pu pousser ma créativité au maximum, j’essaye de faire des photos différentes, mais en ajoutant ma touche personnelle. Mes posts sont le plus souvent joyeux, et invitent à rêver un peu. Le monde est dur, violent et parfois cruelle (surtout ces temps-ci), j’essaye donc d’embellir ce petit monde en faisant rêver les personnes qui me suivent.

J’ai toujours apprécié la photographie, c’est mon support préféré comparé à la vidéo. Je crois que je me suis inscrite sur instagram parce que j’avais des copines qui y étaient aussi. J’avais un compte tout à fait banal au départ, puis au fil des années mes goûts se sont affinés et ont changé. Je suis passée des photos sombres, à blanc, puis avec une touche de bleu, et à présent j’essaye d’avoir des tons marron avec une touche de rose. J’ai d’ailleurs changé de style parce que j’avais l’impression de ne plus me retrouver dans mes photos très claires. Je ne pouvais presque rien vous montrer et pourtant j’ai des tonnes de clichés en réserve !

Les personnes cherchent des états d’esprits et de l’expérience… Ce n’est pas forcément une photo de dingue qui va vous transporter, mais la situation plutôt que l’action. Si vous vous baladez dans la forêt et que vous tombez par hasard sur un lac avec cascade et qu’un arc-en-ciel apparaît, c’est ce moment poétique qui marquera. Pas parce que la photo est belle, parce que tout le monde « peut le faire », inutile d’avoir le dernier reflex de pro. Mais parce que certaines personnes reconnaîtront quelque chose qui va les transporter ; un souvenir, une envie de voyage, un livre lu la veille, une conversation, un rêve etc.

InstaPerlesderubis2
____3- Ce n’est pas réel.

Certaines de mes photos sont programmées, je n’ai pas une vie trépidante qui me permettrait d’avoir tout le temps des photos au jour le jour aha. Lorsque dans une journée je ne fais rien alors je poste un « latergram » soit une photo prise quelques jours auparavant. Je pense à Essena O’Neill qui a tout quitté pour se re-concentrer sur les choses essentielles, ou encore aux photos de Chompoo Baritone qui montre la face cachée de certains clichés. Alors oui c’est exagéré, mais c’est ce qui arrive ; on coupe, on retouche, on modifie des éléments pour la beauté de la photo.

Je suis depuis quelques mois un compte de photographie équestre, je suis restée ébahit devant autant de beauté, toutes les photos étaient magnifiques, spectaculaire. Puis j’ai vu l’envers du décor : retouche couleurs + suppression d’éléments parasites = une photo totalement différente de l’original (Crédit photos @theresiasandahl). J’y reviendrais dans un autre point, mais il faut faire attention à ce que l’on voit. Ne pas tout croire car une photo est facilement retouchable.

Ce qui va à l’encontre même de la base d’instagram. Dès le départ l’application nous a proposé des filtres qui permettaient de rendre une photo plus jolie, d’en changer la teinte avec des couleurs qui nous parlent plus que d’autres. Certains vont penser que c’est rien, mais juste une couleur accentuée peut tout changer dans une photo. C’est comme les reprises de musiques ; du rock au jazz – du classique au métal – la base reste la même musique mais l’émotion va changer.

InstaPerlesderubis3.JPG
____4- Nous nous copions finalement toutes.

Couleur pastel, cafés avec dessins, look du jour pris de haut lorsqu’on marche sur un passage piéton ; c’est « instagramable » . Lorsqu’on regarde autour de nous et qu’on prend le temps de réfléchir deux secondes, on se rend compte qu’au final nous nous copions tous. On s’entend dire « oh tient ce petit chat trop mignon irait bien sur instagram » et « tient cette salade composée que j’ai mangé à midi était faite pour être sur instagram ». Comme si il y avait une sorte de culture typique programmé pour insta. On retrouve les mêmes photos de nourriture gros plan, les paysages avec une personne de dos, la porte d’un bâtiment etc.

Nous sommes humains et notre imagination est limitée. J’ai lu dans un livre, que l’Homme était réduit à un imaginaire que nous avons déjà vu. Nous créons en fonction de notre vécu ; elle est limitée par la réalité connue. Comment imaginer ce que l’on connaît déjà ? Est-elle limitée par ce que l’on sait ?

InstaPerlesderubis5.JPG
____5- Instagram m’a épanoui et m’a blessé.

Si l’on fait abstraction des autres points évoqués précédent, j’ai pu faire de très belles rencontres grâce à Insta. Je suis allée à Disney deux fois avec Marion (@marionmlg) que je suivais et qui m’a gentiment proposée qu’on se rencontre en faisant une virée à Paris. Je reçois des commentaires adorables qui me confortent dans l’idée de continuer mes photos, et je partage des choses qui me plaisent et qui me rendent heureuse.

Le revers de la médaille a été en tout premier lieu le vol de photos, les prises de têtes avec ces personnes qui affirment que ce sont les leurs. Récemment, j’ai vécu 1 semaine à me morfondre, les réseaux sociaux avaient complètement pris le dessus. Je passais mon temps à regarder des comptes parfaits : voyage – corps de rêve des filles – vie parfaite. Le résultat est que je me suis perdue moi-même, « mes photos sont nulles » – « pas assez belle » – « comparé à elles, mon instagram est nul ». J’ai failli tout lâcher, tout arrêter. Et je me suis recentrée sur les vrais moments de ma vie, petit à petit j’ai arrêté de regarder chaque jour ces comptes. Je me suis vite rendu compte que tout cela n’était qu’artificielle et que moi aussi, même si je n’habitais pas les Maldives et Hawaï je pouvais donner un nouvel aspect à ma ville.

J’ai lu quelque part une citation que je trouvais très approprié : crée une vie à l’intérieur de laquelle tu te sens bien, pas une vie qui parait bien de l’extérieur. C’est là-dessus qu’il faut se concentrer. Nous avons tous des vies différentes, à nous d’y trouver de la beauté pour vivre heureux.


perlesderubissigle

« J’espère que cet article vous aura plu, vous en pensez quoi d’Instagram en ce moment ? »

Je vous dis à très vite ♡
You can follow me on : FacebookInstagramHelloCoton

Publicités

5 réflexions au sujet de « Instagram, entre amour et haine »

    1. C’est dommage au début il n’y avait pas autant de pub… Les marques ont comprit le pouvoir de ce réseau et depuis tout le monde veut avoir pleins d’abonnés pour attirer les marques je pense…
      Merci de ton passage en tout cas :D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s